ahh l'ergo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ahh l'ergo

Message  Pirate2louest le Mer 21 Sep - 7:16

Ave, propagande publicitaire touchante, bonne lecture:
ouvrez le ban :
" Ayant découvert le Triathlon à l'âge de 16 ans, avec mon vieux vélo de course et une paire de basket, j'ai tout de suite accroché pour ce sport.
Rapidement inscrit dans un club de ma région, j'ai commencé à me lancer dans un entraînement sérieusement encadré avant d'être victime d'un accident qui m'a écarté du sport quelques mois … et de reprendre de plus belle.
Les performances (modestes) commencent à être au RDV. Un objectif en tête : courir à 25 ans, mon premier Ironman (Epreuve reine de ce sport : Triathlon Longue Distance combinant 3,8 km de Natation, 180 km de Vélo et un Marathon, soit 42.195 km de Course à Pied). Une participation aux Championnats de France Junior par équipe et une possibilité manquée d'intégrer un établissement scolaire spécialisé en Sport-Etude Triathlon plus loin, je m'arrête pendant de nombreuses années en entrant dans la vie active et en fondant une famille. L'objectif Ironman est loin … Mad

Marié, papa de 2 enfants (8 et 4 ans à l'époque), reprise sérieuse en 2006 en commençant par la course à pied et en bouclant en 2007 un premier marathon en 4h20.
2008 est l'année de mon déménagement au Grand Duché du Luxembourg et l'occasion d'une reprise plus douce que je l'imaginais. L'objectif Ironman est toujours présent en moi. Ce sera 30 ans au lieu de 25 :-). De nombreuses erreurs d'entraînement jalonneront cette reprise de 2008 … et déclenchent une prise de conscience et une motivation nouvelle. Very Happy
En 2009, naissance du 3ème enfant et en accord avec le coach de mon club, nous nous lançons dans l'objectif « préparation Ironman en 2 ans, avec une visée pour Hawaï ». L'Ironman d'Hawaï, berceau du Triathlon moderne, est LA Mecque de tout triathlète. Le lieu où se déroule chaque année en Octobre, le Championnat du Monde de la distance. On ne choisit pas uniquement d'y aller, on doit s'y qualifier en terminant parmi les meilleurs une autre épreuve de la même distance dans l'année. bom
Au programme, ce sera : montée en charge progressive des entraînements, de façon à pouvoir concilier au mieux vie professionnelle, vie familiale et « vie sportive », compétitions de plus en plus longues, et premier Ironman, en tentant une qualification. En parallèle, je m'équipe en changeant mon matériel de compétition et d'entraînement et je fais la découverte d'un appareil qui s'avèrera un excellent compagnon d'entraînement : le rameur. Les produits Concept2 découverts dans une salle de Musculation, au détour d'un stage au Centre de Préparation Olympique de Vittel me confortent dans le choix de leurs produits.

En Mai 2010, j'intègre tout d'abord une séance hebdomadaire et légère de rameur (2000 à 5000 mètres) à mes semaines d'entraînements déjà bien remplies (20 à 30h), avant de passer à 2 séances hebdomadaires en Juin (5000 m) : une séance en fréquence, sans résistance et une séance en force. L'objectif, en dehors de combiner cette session de rameur avec une séance dans un des 3 autres sport pour s'échauffer, est aussi de s'habituer à faire du long, et à travailler les chaînes musculaires très utilisées en natation, mais aussi de « varier les plaisirs ». À ce moment, grâce au rameur, j'ai déjà gagné en gainage, en force musculaire au niveau du dos et en endurance.
Objectif sur mon 1er Ironman à Regensburg (Allemagne) : FINIR ! Avec un calcul du temps qui serait aux alentours de 10h : 1h en Natation, 5h30 en vélo et 3h30 sur le Marathon. Ce sera dur d'obtenir un slot pour Hawaï, car il faut aller chatouiller les 9h30, mais l'entraînement mis en place depuis un an et l'apport du rameur vont m'aider à viser cet objectif.
60 km de rameur plus loin seulement, l'étape suivante, en Juillet, consistait à passer à 3 puis 4, voire 5 séances hebdomadaires de rameur et à allonger les entraînements dans les autres disciplines, avant l'échéance du 1er Aout à Regensburg … mais d'importants problèmes de santé me rattrapent. Souffrant de plusieurs affections aux yeux, dont un kératocône bi-latéral frustre ayant évolué très vite, je passe de 80% d'acuité visuelle quelques semaines auparavant à moins de 20% à droite et 30% à gauche. Le kératocône est une dégénérescence de la cornée, la partie supérieure de l'oeil qui, au lieu d'avoir une forme de ballon de rugby prend une forme de cône.
En dehors des désagréments causés (il devient trop dangereux de faire du vélo, forts éblouissements à la lumière du jour, etc ...), et à force de courir dans tous les sens pour rencontrer le maximum de spécialistes possibles pour tenter de trouver une solution, ces problèmes m'obligent à tirer un trait sur mes objectifs sportifs quels qu'ils soient. La moindre lumière du jour engendre des éblouissements et douleurs aux yeux. Les maux de têtes sont amplifiés en cherchant à voir comme avant à tout prix et en faisant une "mise au point". En plus des douleurs croissantes, la motivation en prend un coup. Surtout au fil des RDV médicaux qui parfois préconisent le port de lentilles, inutile, tel examen, inutile, telle opération, inutile, etc ... J'arrête tout entraînement. Passant de 35h de sport hebdomadaire au néant du jour au lendemain. Crying or Very sad

Toujours pas guéri, mais vivant mieux avec mon « handicap », 2 dizaines de kilos en plus, et la santé morale pas au top, je me décide à reprendre l'activité physique en attendant que les opérations que je dois subir pointent leur nez. Objectif : tenir 1 à 2 séances d'une trentaine de 30 min par semaine, en fréquence pour retrouver de l'endurance et brûler le gras, à compter du mois d'Octobre. Tant que le programme est tenu, la forme semble revenir, même si les kilos sont toujours là. Avril 2011, reprise du travail à mi-temps, et toujours pas de greffe.
Relâchement dans le programme pour réapprendre à concilier famille, travail et sport, mais en Mai, reprise de la course à pied en parallèle.
Les périostites tibiales (inflammation de la membrane protégeant l'intérieur du tibia) s'enchaînent, je ne peux pas courir beaucoup. Mais les séances de rameur redeviennent plus régulières et désormais, la forme est là.
D'un Marathon qui aurait pu être couru sur les bases de 3h en Juin 2010 dernier, je reprends l'activité fin 2010, en ne pouvant courir plus de 5 km, et encore, sur des bases de 5h au Marathon !
En Août 2011, grâce aux séances de remise en forme en rameur, un kilométrage avoisinant les 250 km en quelques mois, une reprise de la Course à Pied depuis mi-juillet, sans douleurs et sans blessure, je viens de boucler une sortie d'entraînement de 19,5 km en 1h40 (= 3h36 au Marathon).

Tant que je ne serai pas opéré, il me sera toujours difficile de nager, impossible de faire du vélo et de plus en plus difficile de courir, mais une chose est certaine, le rameur a fait ses preuves pour moi. En attendant la première greffe de cornée, à droite, puis à gauche dans un second temps (ce qui nécessitera 2 à 3 ans d'arrêt de sport + temps d'attente pour entre les greffes), le rameur a été et restera un compagnon inséparable de ma forme. Il faut que je me fixe des objectifs pour avancer et ne pas perdre pied moralement. Avec le Modèle D PM3 de Concept2, j'ai pu pratiquer ces activités de renforcement musculaire en complément d'entraînement et de remise en forme à merveille, sans aucun problème de blessure. À défaut de tenter ma qualification pour Hawaii, je retrouve la forme, le souffle, ma taille de guêpe et tout ça, uniquement grâce à mes séances de rameurs, aussi courtes soient-elles (pas plus de 5 km à 10 km).
fermez le ban, repos.
a+ pirat
avatar
Pirate2louest

Messages : 297
Date d'inscription : 05/12/2009
Age : 46
Localisation : Bruz

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum